Présentation au Colloque Coubertin 2019 (Cergy)

Le sport pensé autrement à l’école et utilisant des mallettes pédagogiques innovantes, un thème de convergence motivant vis à vis des sciences

 

  1. Junqua, P. Prouet, Y. Touchard (CRITT Sport-Loisirs-Châtellerault) et A. Decatoire, T. Monnet, P. Lacouture (Axe RoBioSS-Institut Pprime Poitiers)

 

Une action éducative innovante déjà labellisée JO Paris 2024  

 

Dès 1995, dans son Livre blanc « Enseigner et apprendre, vers la société cognitive », la Commission européenne nous alertait sur les changements qui allaient transformer la société avec “trois chocs moteurs” : la mondialisation des échanges, l’avènement de la société de l’information et enfin l’accélération de la révolution scientifique et technique. De ce fait, la culture du citoyen du 21ème siècle doit comprendre un volet scientifique indispensable. Le contenu de l’enseignement donné à l’école doit ainsi évoluer afin de développer chez les enfants le goût pour les sciences. Mais de nos jours, la complexité des sciences fait peur et l’observation, le bon sens, la curiosité, l’intérêt pour le monde physique et social qui nous entoure ainsi que la volonté d’expérimentation sont désormais des qualités difficiles à inculquer par le système éducatif faute de médias adaptés. Nous proposons les pratiques sportives à l’école comme médias de découverte de la démarche scientifique car elles ont d’emblée du sens pour les enfants ; de plus, par l’intermédiaire de l’EPS, elles sont présentes dans toutes les années de la scolarité ; de ce fait, elles devraient permettre de réduire les inégalités sociales vis-à-vis de l’appropriation d’une culture scientifique de base surtout dans le domaine de la mécanique si difficile à enseigner alors qu’elle s’avère essentielle; il serait ainsi possible de rompre avec les représentations actuelles sans doute trop dogmatiques en organisant une relation vivante entre des aspects pratiques et théoriques de la connaissance à propos des savoir-faire athlétiques. L’opération « Classes Olympiques Sciences et Sport » (les COSS), se veut une démarche pluridisciplinaire, à la fois éducative et sociale, qui élargit les perspectives d’actions du sport dans les enseignements primaire et secondaire. Mais il faut que l’EPS, considérée jusqu’ici par les élèves comme une discipline à part, en s’éloignant de l’emprise de l’empirisme s’inscrive pleinement dans la démarche scientifique ; pour cela, RoBioSS et le CRITT ont dû construire des dispositifs d’analyse des gestes sportifs contenus dans une mallette pédagogique « Sciences et sport » originale ; chaque élève est invité à  analyser ses propres prouesses athlétiques; dès lors à l’école, le sport contribue efficacement à ce que chaque élève puisse mieux « acquérir des compétences qui le rendent capable de mettre en œuvre un raisonnement pour identifier un problème, formuler des hypothèses, les conforter aux constats expérimentaux et exercer son esprit critique ». Il s’agit alors de pouvoir organiser des plages d’enseignement interdisciplinaire afin de dénoncer les préconceptions intuitives habituelles des élèves et . . . des enseignants ; un préalable : donner à tous les enseignants (maths, SVT, EPS, sciences physiques, informatique et technologie) la même culture de base en mécanique des systèmes poly-articulés. Expertisées dans la Vienne (pour 72 classes complètes et plus de 1800 élèves), les COSS sont organisées dans le Val d’Oise, lors de l’année scolaire en cours, à l’initiative commune du Conseil départemental et du CDOS et sous l’égide du CNOSF  et du Comité Coubertin, le 95 s’inscrivant ainsi d’ores et déjà dans l’héritage des JO Paris 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *